Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Ma bohème lecture analytique

Tu passes le bac de français ? CLIQUE ICI et deviens membre de commentairecompose.fr ! Tu accèderas gratuitement à tout le contenu du site et à mes meilleures astuces en vidéo.

ma bohème arthur rimbaud

Van Gogh

Voici un commentaire littéraire du poème « Ma Bohème » d’Arthur Rimbaud (1870).

« Ma bohème », Rimbaud : introduction

« Ma Bohème » fait partie des premiers poèmes de Rimbaud, regroupés dans Le Cahier de Douai puis dans le recueil Poésies. Il s’agit du dernier poème du second Cahier de Douai.

Derrière cet hymne à la liberté (I), l’adolescent fugueur et révolté entreprend une parodie de la poésie (II) et nous livre son art poétique à travers un poème à dimension autobiographique (III).

Questions possibles sur « Ma Bohème » de Rimbaud :

♦ Etudiez le thème de la liberté dans ce poème.
♦ Quelle(s) image(s) de la poésie et du poète nous offre « Ma bohème » ?
♦ Quel est le thème principal du poème ?
♦ Dans quelle mesure peut-on qualifier ce poème d’autobiographique ?
♦ Quelle vision du poète se dégage de ce poème ?

I – Un hymne à la liberté

A – Une liberté physique : l’errance ou la « dérive »

« Ma bohème » évoque l’errance du poète.

Le thème de l’errance est introduit au premier quatrain avec la répétition du verbe « aller » : « Je m’en allais » (v. 1), « J’allais » (v. 3).

L’imparfait, employé tout au long du sonnet, suggère la répétition, l’habitude des actions évoquées : « devenais », « jétais » (v. 2-3), « avait », « j’égrenais » (v. 5-6), « écoutais », « sentais » (v. 9-10), « tirais » (v. 13).

Ce thème de l’errance se développe à travers le champ lexical du trajet (« course », v. 6 et « routes », v. 9) et la comparaison au Petit Poucet, mise en valeur par le tiret qui la précède : «  Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course/Des rimes. » (v. 6-7). Mais au lieu de semer des cailloux, le poète sème des rimes.

D’autre part, la destination du voyage n’est pas mentionnée. Le poète marche sans but précis, ce qui définit bien l’errance.

Les seules indications de lieux sont vagues, imprécises, voire surnaturelles : « sous le ciel » (v. 3), « Mon auberge était à la Grande-Ourse » (v. 7), « au bord des routes » (v. 9), « au milieu des ombres fantastiques » (v. 12).

Dans cette errance, le poète se sent libre.

Sans but, le voyage a un caractère illimité, infini, comme le ciel dont on trouve un champ lexical : « sous le ciel » (v. 3), « la Grande-Ourse », « Mes étoiles », « au ciel » (v. 7-8).

Cette liberté de déplacement rime avec la joie et l’exaltation, marquées par des adjectifs mélioratifs : « idéal » (v. 2), « Oh ! là là ! que d’amours splendides j’ai rêvées ! » (v. 4), « doux frou-frou » (v. 8), « Ces bons soirs » (v. 10).

L’ivresse poétique est également traduite par l’accélération du rythme, due notamment aux nombreuses monosyllabes : « à la Grande-Ourse », « un doux frou-frou », « au bord des routes », « à mon front comme un vin de vigueur », « un pied près de mon cœur ».

Cette liberté, c’est dans la nature que le poète la trouve.

READ  Convertir cm3 en litre

B – La liberté dans la nature

Dans « Ma bohème », comme dans la majorité des poèmes d’Arthur Rimbaud, la nature est divinisée. Elle est maternelle et bienveillante.

D’ailleurs, le poète se l’approprie à travers les pronoms possessifs : « Mon auberge », « Mes étoiles » (v. 7-8).

La douceur maternelle est traduite par les allitérations en « m », en « s », et l’assonance en « ou » : « Mon paletot aussi», « sous le ciel », « Muse », (v. 2-3), « amours splendides », « trou » (v. 4-5), « ma course », « rimes », « Grande-Ourse » (v. 6-7), « doux frou-frou », « assis » (v. 8-9), « ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes » (v. 10), « comme » (v. 11 et 13), « rimant au milieu » (v. 12), « mes souliers blessés » (v. 14).

D’autre part, la nature est présentée comme protectrice et nourricière : « Mon auberge était à la Grande-Ourse » (v. 7), « des gouttes/De rosée à mon front, comme un vin de vigueur » (v. 10-11). C’est ainsi dans la nature que le poète trouve refuge.

La nature apporte au poète une nourriture spirituelle. Ses vers se nourrissent de correspondances naissant au sein même de la nature :

♦ Vue, toucher et ouie : « Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou/ Et je les écoutais » (v. 8-9),

♦ Toucher, goût : « des gouttes/De rosée à mon front comme un vin de vigueur » (v. 10-11).

Cette liberté que le poète trouve dans la nature s’exprime dans la forme même du poème.

C – Une liberté poétique

Si Rimbaud utilise la forme traditionnelle et contraignante du sonnet, c’est pour mieux la moderniser en s’affranchissant de ses limites et de ses règles, notamment au niveau du rythme et de la rime.

En effet, les quatrains et les tercets sont généralement distincts et supposés s’opposer au niveau du sens, alors qu’ici le second quatrain se prolonge dans le premier tercet : il n’y a pas de point à la fin du vers 8 et la phrase se prolonge ainsi jusqu’au vers 11.

Au niveau du rythme également, le poète ne respecte pas la régularité de l’alexandrin.

Ainsi, dans certains vers, la scansion est dissymétrique, comme au vers 1 : « Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées » (4/8), au vers 4 : « Oh!là là ! Que d’amours splendides j’ai rêvées ! » (3/6/3) ou aux vers 12 et 13 : « Où, rimant au milieu des ombres fantastiques » (1/11), « Comme des lyres, je tirais les élastiques » (5/7).

De nombreux enjambements (vers 10 à 11, 13 à 14) et rejets (« j’égrenais dans ma course/Des rimes. », v. 6-7) contribuent à l‘irrégularité du rythme. Ce rythme irrégulier et imprévisible traduit en poésie l’errance physique du poète.

Par ailleurs, il y a deux groupes de rimes différents dans les quatrains (« vées » et « éal » pour le premier, « ou » et « ourse » pour le second) alors que dans un sonnet traditionnel, il ne devrait y avoir qu’un seul groupe de rimes pour les deux quatrains.

Enfin, dans un sonnet traditionnel, le dernier vers marque la chute. Ici, le dernier vers n’éclaire en rien le sens du poème et semble même n’avoir aucun sens.

Transition : Si Rimbaud détourne dans « Ma bohème » les règles classiques du sonnet, c’est aussi pour mieux tourner en dérision la poésie dont il fait ici la parodie.

II – Une parodie de la Poésie

A – La Poésie omniprésente

On trouve dans « Ma bohème » un riche champ lexical de la poésie : « Muse », « féal », « amours splendides » (v. 3-4), « rimes » (v. 7), « rimant » (v. 12), « lyres », « pied » (v. 13-14).

READ  Comment faire un bon oral de brevet

Le poète semble entretenir un rapport familier avec la poésie, ce qui est marqué par l’apostrophe à la Muse et le tutoiement : « J’allais sous le ciel Muse ! et j’étais ton féal » (v. 3).

La poésie est donc au centre du poème.

D’ailleurs, le terme « rimes » au vers 7 est mis en valeur par sa place au milieu du poème et par le rejet.

Rimbaud narre donc la naissance d’un poème en train de se faire, comme le marque le participe présent du vers 12 : « Où, rimant au milieu des ombres fantastiques/Comme des lyres, je tirais les élastiques ».

Mais dans ce poème sur la poésie, le poète lui-même se moque de son art par différents moyens.

B – Une poésie tournée en dérision

Rimbaud utilise de nombreux jeux de mots tout au long du poème, jouant par exemple sur le double sens de mots qui peuvent faire référence à la poésie ou à un élément plus trivial : « idéal » (v. 2) renvoie à la fois au domaine poétique mais qui suggère aussi l’usure du vêtement, tellement usé qu’il n’est plus qu’une « idée » de vêtement ; de même, « pied » (v. 14), évoque à la fois l’unité de mesure du poème et l’organe qui sert à la marche ou à la course.

De plus, les clichés poétiques se mêlent aux éléments familiers, prosaiques : « poches crevées » (v. 1), « culotte » (v. 5), « élastiques », « souliers », « pied » (v. 13-14) // « Muse », « féal », « amours splendides », « rêvées » (v. 3-4), « Petit-Poucet rêveur » (v. 6), « étoiles », « ciel » (v. 8), « comme des lyres », « près de mon cœur » (v. 13-14).

On trouve également des jeux phonétiques – le pluriel « des lyres » (v. 13) peut faire écho aux « délires » de la dérive poétique – et l’emploi de rimes insolites : « trou »/ « frou-frou » (v. 5 et 8), « fantastiques »/ »élastiques » (v. 12-13).

Le hiatus (juxtaposition deux voyelles ou diphtongues) du vers 2 (« paletot aussi »), désagréable et laid à l’oreille, est sans doute volontaire et participe au mélange du noble et du trivial.

C – Une fantaisie

Le poème est sous-titré : « fantaisie ». La fantaisie se définit comme une œuvre originale qui suit plutôt les caprices de l’imagination que les règles de l’art.

C’est bien le cas ici puisque Rimbaud se déjoue des règles du sonnet et transforme la réalité.

En effet, le paysage se métamorphose en univers fantastique (« Mon auberge était à la Grande-Ourse », « Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou », « rimant au milieu des ombres fantastiques ») et le poète se change lui-même en vagabond héroique (« mes poches crevées », « Mon paletot », « Mon unique culotte avait un large trou », « mes souliers blessés ») à travers la comparaison au héros du conte éponyme le Petit-Poucet : « Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course/Des rimes. » (v. 6-7).

Transition : Derrière cette parodie de la poésie, c’est en même temps son propre mythe que le poète construit.

III – Un poème autobiographique ?

A – Omniprésence de la première personne

Dans ce poème, il semble évident que Rimbaud parle de lui.

Ainsi la première personne est omniprésente et cette présence est accentuée par l’emploi des pronoms possessifs qui souligne l’individualité : « Je m’en allais », « mes poches », « Mon paletot » (v. 1-2), « J’allais », « j’étais ton féal », « j’ai rêvées » (v. 3-4), « Mon unique culotte », « j’égrenais dans ma course » (v. 5-6), « Mon auberge », « Mes étoiles » (v. 7-8), « je les écoutais », « je sentais » (v. 9-10), « mon front » (v. 11), « je tirais », « mes souliers », « mon cœur » (v. 13-14).

READ  Partition une souris verte

D’autres indices semés dans le texte suggèrent la dimension autobiographique du poème :

♦ Le locuteur est, comme Rimbaud, un jeune poète révolté et fugueur : « Je m’en allais », « les poings dans mes poches » (image qui évoque la révolte), « J’allais », « j’égrenais dans ma course/Des rimes », « mes souliers blessés »;

♦ La seule référence temporelle précise du texte correspond à la période où Rimbaud a fugué et s’est réfugié chez son professeur de Lettres : « Ces bons soirs de septembre » (v. 10).

Dans ce poème, enfin, se dessine l’idéal poétique de Rimbaud.

B – L’art poétique d’Arthur Rimbaud

Le jeune Arthur Rimbaud évoque ici très subtilement son art poétique, c’est à dire son idéal poétique, sa vision du poète et de la poésie.

Sa bohème se situe dans la nature, où il puise son inspiration.

Il reçoit ainsi des sensations (visuelles, auditives, tactiles) du monde naturel qui l’entoure et les transforme en vers : il écoute « le doux frou-frou » des étoiles (v. 8-9) et se nourrit des gouttes de rosée revigorantes (v. 10-11).

Le poète lui-même se fait poésie en « rimant au milieu des ombres fantastiques » (v. 12).

La nature, à la fois mère et amante, est sa Muse : « J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal/Oh là là ! que d’amours splendides j’ai rêvées ! » (v. 3-4).

Les chemins parcourus par le poète vagabond le mènent à son idéal poétique, une errance qui est l’ingrédient nécessaire à sa création poétique car elle rime avec une liberté absolue.

Le poète, pour Rimbaud, ne se soucie pas des richesses matérielles. La vraie richesse est spirituelle, naturelle et poétique.

Il oppose ainsi constamment dans le poème l’auxiliaire « être » et l’auxiliaire « avoir » : « j’étais ton féal » (v. 3), « Mon unique culotte avait un large trou » (v. 5), « Mon auberge était à la Grande-Ourse », « Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou » (v. 7-8).

Il se décrit donc en pauvre vagabond aux vêtements usés, élimés.

A travers la métaphore du Petit-Poucet auquel il se compare, le poète présente la poésie comme une épreuve initiatique.

Le monde, comme dans les contes, devient fantastique, magique, ses éléments s’animent : les étoiles parlent et les lacets des souliers du poète se transforment en cordes de lyres (v. 13-14). C’est un monde qui peut être menaçant : « au milieu des ombres fantastiques » (v. 12).

Mais pour devenir homme et poète, il faut affronter ces menaces et surmonter les obstacles.

Ma bohème, Rimbaud : conclusion

Dans « Ma Bohème », on retrouve la plupart des thèmes chers à Rimbaud : l’errance, la nature et l’art poétique.

Ces éléments se mêlent pour créer un poème plein d’humour où la poésie traditionnelle est parodiée et réinventée par l’auteur, qui s’affranchit des règles dans sa création poétique comme dans sa vie personnelle.

Dans ce poème autobiographique, Rimbaud construit son propre mythe du Poète, vagabond qui se situe entre Orphée qui anime de sa lyre la nature et le Petit-Poucet, figure errante qui sème des rimes.

Comme dans « Le Bateau ivre », la poésie liée à la fugue est une expérience de dérive.

Tu étudies « Ma bohème » de Rimbaud ? Regarde aussi :

♦ La façon la plus rapide de gagner des points au commentaire (vidéo)
♦ L’astuce simple et efficace pour analyser les figures de style
♦ Sensation, Rimbaud
♦ Au cabaret-vert, Rimbaud
♦ Roman, Rimbaud
♦ A la musique, Rimbaud
♦ Le dormeur du val, Rimbaud
♦ Le buffet, Rimbaud
♦ Aube, Rimbaud
♦ Le mal, Rimbaud
♦ Voyelles, Rimbaud
♦ Ophélie, Rimbaud
♦ Vénus anadyomène, Rimbaud
♦ Rimbaud : biographie

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *