Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Sujet bac svt 2022 corrigé

Retrouvez les corrigés de l’épreuve écrite de spécialité SVT du bac 2022 (Sciences et Vie de la Terre) dès la sortie des épreuves.

Les corrigés de l’épreuve du bac SVT 2022

Les sujets corrigés de l’épreuve écrite de spécialité SVT du bac sont mis en ligne dès la sortie des épreuves les mercredi 11 et jeudi 12 mai 2022.

L’argumentation de votre texte est-elle correcte ? Avez-vous bien analysé les documents ? Avez-vous réussi à utiliser et organiser vos connaissances pour répondre correctement à la question scientifique posée dans le premier exercice de l’épreuve ? Avez-vous su mettre en place une démarche scientifique pour résoudre le problème posé dans de second exercice ?

Retrouvez les sujets corrigés de l’épreuve de SVT ci-dessous :

Sujets et corrigés de l’épreuve de spécialité SVT du bac

Afin d’aborder l’épreuve de SVT dans les meilleures conditions, retrouvez les sujets d’entraînements 2021 mis à disposition par l’Etudiant, ainsi que le sujet 0 proposé par le ministère de l’Education nationale :

Retrouvez tous les sujets corrigés de l’épreuve de spécialité de SVT.

Comment bien réussir l’épreuve du bac SVT ?

Afin de vous entraîner à l’épreuve de spécialité du bac SVT 2022, retrouvez nos fiches de révisions SVT ainsi que nos quiz de révisions et soyez prêt pour le jour J !

Corrigé du bac : comment se passe l’épreuve de spécialité SVT au bac 2022 ?

L’épreuve écrite de la spécialité SVT du bac 2022 a pour objectif de valider les connaissances et compétences acquises durant l’année de Terminale. D’une durée de 3h30, elle est notée sur 15 points et est constituée de 2 exercices :

  • Dans un premier temps, le candidat doit rédiger un texte argumenté qui répond à une question posée. Des documents peuvent être mis à disposition.
  • Dans un second temps, le candidat doit développer un raisonnement scientifique pour résoudre un problème posé.

Les sujets et corrigés de l’épreuve de la spécialité SVT du bac 2022

Sujet Jour 1

Corrigé Jour 1

Sujet Jour 2

Corrigé Jour 2

Les sujets de la spécialité SVT – session de Polynésie 2022

Jour 1

Jour 2

Tous les corrigés du bac général 2022

Annales de Spécialité SVT en 2022 au bac

Cette page rassemble les annales de l’année 2022 pour l’épreuve de Spécialité – Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) au bac général. Pour les révisions en ligne, voici 19 annales et 4 corrigés qui ont été données aux élèves dans les différents centres d’examens de la session 2022 du bac général.

Tous ces documents sont basés exactement sur le même programme de cours correspondant au diplôme du baccalauréat, et sont donc officiellement de la même difficulté. Dans les cours particuliers et le soutien scolaire on travaille souvent l’épreuve de Spécialité SVT avec ces annales et surtout celle tombée en Métropole.

Session normale ou principale

Amérique du Nord 1
Sujet

Amérique du Nord 2
Sujet

Amérique du Sud 1
Sujet

Asie 1
Sujet

Asie 2
Sujet

Centres Etrangers Afrique 1
Sujet

Centres Etrangers Afrique 2
Sujet

Mayotte-Liban 1
Sujet

Mayotte-Liban 2
Sujet

Métropole France 1
Sujet + éléments de correction

Métropole France 2
Sujet + éléments de correction

Nouvelle-Calédonie 1
Sujet

Nouvelle-Calédonie 2
Sujet

Polynésie 1
Sujet

Polynésie 2
Sujet

Seconde session (épreuve de remplacement)

Métropole France 1
Sujet

Métropole France 2
Sujet

Polynésie 1
Sujet

Polynésie 2
Sujet

Sujet de SVT au bac (spécialité) : exercices, corrigés des sujets 1 et 2 SUJET BAC SVT. Deux sujets ont été proposés aux candidats au bac 2022 qui ont opté pour les sciences de la vie et de la terre. Découvrez les épreuves en intégralité et les deux corrigés.

Les candidats au bac 2022 ont été les premiers à passer les épreuves de spécialité depuis la grande réforme du baccalauréat. Les élèves de terminale ayant choisi les sciences et vie de la terre (SVT) comme spécialité ont passé leur examen soit le mercredi 11 mai soit le jeudi 12 mai. Et chaque jour, le sujet proposé était différent. Les sujets préparés par les services du ministère de l’Education nationale n’étaient toutefois pas très éloignés, les enseignants ayant préparé les épreuves ayant tenu à ne pas créer de divergences pouvant généré des sentiments d’inégalité de traitement.

READ  Super hero en anglais

Les sujets de SVT au bac 2022 ont été construits autour des thématiques étudiées en cours, sans surprise. Pour simplifier la tâche des candidats au bac, cette année, le ministère a proposé deux « exercices 1 » laissant le choix au candidat de traiter celui qu’il préférait.

Désireux de connaître les corrigés de l’épreuve de spécialité SVT qui s’est déroulée les 11 et 12 mai ? Il sont disponibles ci-dessous. Les corrections sont celles d’un professeur agrégé de SVT qui s’est, comme les candidats, penché sur l’épreuve du bac 2022. Les corrigés sont fournis en partenariat avec Studyrama :

Les corrigés de l’épreuve de SVT du mercredi 11 mai :

Retrouvez tous les sujets et corrigés Sciences de la vie et de la Terre sur Studyrama.com

Les corrigés de l’épreuve de SVT du jeudi 12 mai :

Retrouvez tous les sujets et corrigés Sciences de la vie et de la Terre sur Studyrama.com

Grâce à notre partenariat avec Studyrama, nous sommes en mesure de vous dévoiler les sujets officiels. le mercredi 11 mai, le sujet du bac de SVT se divisait en deux parties. Dans le premier exercice, évalué sur 7 points, les candidats avaient le choix entre la modulation de la contraction musculaire et la variation climatique au Carbonifère. Pour l’exercice 2, évalué sur 8 points, ils ont été confrontés à un sujet unique : l’allogamie chez les angiospermes. Ils ont pu s’appuyer sur un corpus de 4 documents comprenant un certain nombre de graphismes, de schémas et de tableaux. Pour la deuxième salve d’épreuve de SVT le jeudi 12 mai, les candidats devaient obligatoirement réaliser un exercice sur la régulation de la glycémie lors d’un jeûne mais ils étaient ensuite libre de choisir quel sujet traiter entre un exercice sur la géologie et le climat et un autre sur les fleurs et la diversité génétique des végétaux.

Les sujets de l’épreuve de spécialité SVT du mercredi 11 mai :

Retrouvez tous les sujets et corrigés Sciences de la vie et de la Terre sur Studyrama.com

Les sujets de l’épreuve de spécialité SVT du jeudi 12 mai :

Retrouvez tous les sujets et corrigés Sciences de la vie et de la Terre sur Studyrama.com

Les résultats des l’épreuve de spécialité de sciences de la vie et de la terre seront disponibles le 5 juillet, en même temps que les résultats des autres épreuves (français, philosophie et grand oral). Le fait que les enseignements de spécialité soient évalués un mois plus tôt n’influe pas sur la publication des résultats.

Cinquième spécialité la plus choisie par les lycéens de terminale : 98 246 candidats doivent passer ce mercredi ou jeudi leur épreuve de spécialité de SVT. Voici le premier corrigé pour l’épreuve qui a eu lieu ce mercredi entre 14h et 17h30.

  • Bac 2022 : le sujet de SVT en intégralité contraction musculaire et Variation climatique au Carbonifère

Corrigé du sujet de SVT du Bac 2022 – Mercredi 11 mai

La première proposition d’exercice 1 n’était pas un sujet facile, il fallait faire le lien entre les mouvements volontaires et involontaires, ainsi que la cellule musculaire. Le plan n’était pas facile à trouver. La deuxième proposition était un sujet classique, il fallait y intégrer des connaissances d’enseignement scientifique.

L’exercice 2 est lui aussi classique, mais des documents qui peuvent être compliqués.

Exercice 1 – première proposition

Les cellules musculaires (myocytes) sont des cellules spécialisées capables de se contracter. Elles constituent les muscles et leur contraction est finement régulée par le système nerveux.

Nous chercherons à expliquer quels sont les mécanismes nerveux qui permettent de réguler la contraction d’une cellule musculaire.

Dans une première partie nous traiterons de la transmission du message nerveux ; et dans une seconde partie, de son intégration.

I – Transmission du message nerveux

Le message nerveux correspond à une différence de potentiel que l’on appelle potentiel d’action (PA), dans le cas de la contraction musculaire il peut avoir deux origines :

  • les neurones du cortex moteur (cerveau) qui réaliseront des connexions avec la moelle épinière, puis avec le muscle : cas du mouvement volontaire
  • les neurones de la moelle épinière : cas du réflexe myotatique
READ  Simone alexandra johnson tiana gia johnson

Dans les deux cas, le corps du motoneurone qui se situe dans la substance grise va réaliser des connexions avec les axones des autres neurones par des synapses neuro-neuroniques.

L’axone de ce motoneurone se prolonge ensuite le long des nerfs et transmet le potentiel d’action jusqu’à la plaque motrice (ou jonction neuromusculaire) grâce à une synapse neuro-musculaire.

Au niveau de l’extrémité axonale du motoneurone (élément pré-synaptique), la dépolarisation va entraîner la libération de vésicules d’acétylcholine (neurotransmetteur) vers la fente synaptique. La cellule musculaire, qui correspond à l’élément post-synaptique, possède à sa surface des récepteurs à l’acétylcholine. La fixation du neurotransmetteur sur son récepteur va ensuite déclencher la contraction musculaire, c’est-à-dire le raccourcissement des sarcomères.

II – Intégration du message nerveux

Le motoneurone n’est pas connecté à un seul neurone mais à une multitude (neurones sensitifs, interneurones inhibiteurs et neurones du cortex moteur). De fait il reçoit un grand nombre de messages en même temps, ces messages peuvent également être de nature différente :

  • inhibiteur : le neurotransmetteur est alors du GABA, sa libération dans la fente synaptique de la synapse neuro-neuronique va induire une hyperpolarisation de la membrane du motoneurone ce qui rendra difficile la naissance d’un potentiel d’action
  • excitateur : le neurotransmetteur est de l’acétylcholine, sa libération induit une légère dépolarisation de la membrane du motoneurone, la valeur seuil est alors plus facilement atteignable et le potentiel d’action naît plus facilement

Le potentiel d’action répondant à la loi du tout ou rien, dans le cas d’une inhibition il ne se formera pas, le message sera interrompu et ne se propagera pas le long de l’axone du motoneurone.

Les stimulations étant nombreuses, le motoneurone conçoit son propre message nerveux, en faisant la somme des informations reçues des autres neurones. Pour cela il va faire la somme des différents messages reçus (sommation spatiale) mais aussi la somme des messages répétés par un seul neurone pré-synaptique (sommation temporelle). Si le résultat est une excitation, alors le message nerveux sera transmis jusqu’au muscle, de manière autonome et sans atténuation. Ce message nerveux est codé en fréquence.

Par conséquent, la contraction musculaire est modulée d’une part par la nature du message nerveux (inhibiteur ou excitateur) mais aussi par la capacité de sommation du motoneurone.

Exercice 1 – deuxième proposition

La grande quantité de charbons datant du Carbonifère que nous avons en notre possession nous indique que c’est une période où la flore était luxuriante et prospère sur une grande partie du globe. Cette période est marquée par des climats chauds à son commencement, suivi d’un refroidissement important.

On cherche à montrer que le refroidissement observé à la fin du Carbonifère peut être expliqué par le piégeage du CO2 par les grandes forêts présentes.

Dans une première partie on traitera de la capacité des végétaux à stocker du CO2, c’est-à-dire la photosynthèse ; dans une seconde partie nous traiterons de l’impact du CO2 sur les températures.

I – La photosynthèse

La photosynthèse est une réaction métabolique qui a lieu chez les végétaux chlorophylliens. Elle se décompose en deux phases qui sont couplées :

  • une phase photochimique qui utilise la lumière
  • une phase chimique qui n’en utilise pas

La phase photochimique a lieu dans la membrane des thylakoïdes dans les chloroplastes. La lumière est captée par les chlorophylles qui y sont présentes, et, en consommant de l’eau, cette réaction va permettre de produire du dioxygène ainsi que des molécules intervenant dans la phase chimique (NADPH + H+ et ATP).

La phase chimique fait intervenir les deux molécules précédentes et du dioxyde de carbone. L’ensemble intervient dans le cycle de Calvin et permet de produire des glucides ([CH2O]x) ainsi que des molécules intermédiaires permettant le couplage avec la phase photochimique (NADP+ et ADP + Pi).

Cette réaction permet ainsi de convertir l’énergie lumineuse en glucides, c’est-à-dire une énergie chimique qui pourra être utilisée par l’ensemble de la biosphère.

II – Taux de CO2 et température

L’atmosphère stocke une grande partie du carbone présent sur Terre sous forme de CO2. Cependant, comme nous venons de le voir, les végétaux sont capables de capturer ce CO2 afin de le transformer en glucides qui se retrouveront alors dans la biosphère.

La photosynthèse permet ainsi de former un flux de carbone entre le réservoir atmosphérique et le réservoir de la biosphère.

READ  Trouver cle numero securite sociale

Or, le CO2 est un gaz à effet de serre. Cela signifie qu’il réémet vers le sol une partie du rayonnement infrarouge émis par la Terre, la réchauffant. L’effet de serre est essentiel à la vie sur Terre car sans lui la température serait très négative.

On comprend alors que si on diminue le taux de CO2 dans l’atmosphère, cela a pour conséquence directe de diminuer l’effet de serre et donc les températures.

Dans le cas d’une forêt très importante s’étalant des hautes latitudes jusqu’à l’équateur, la quantité de CO2 prélevée par la photosynthèse pourrait être assez importante pour faire diminuer drastiquement l’effet de serre et entraîner un refroidissement.

On peut donc en conclure qu’il est possible, du fait du fonctionnement de la photosynthèse, que la présence de grandes forêts à la surface de la Terre ait fortement contribué au refroidissement ayant eu lieu à la fin du Carbonifère.

Exercice 2

I – Des barrières à l’autogamie

On observe sur le document 1 qu’il existe une partie stérile sur les inflorescences des philodendrons. Cette partie stérile se situe entre les fleurs mâles et les fleurs femelles, par conséquent elle rend très difficile, voire impossible la rencontre des gamètes mâles (pollens) et femelles (pistils) au sein d’une même inflorescence.

En outre, le document 3a nous indique que les fleurs mâles et femelles n’arrivent pas à maturité en même temps : en effet les fleurs femelles sont matures avant les fleurs mâles sur la même inflorescence, en conséquence de quoi les fleurs femelles ne sont plus réceptives aux pollens lorsque les fleurs mâles du même individu arrivent à maturité. La fécondation au sein du même individu n’est donc pas possible.

Par conséquent, il existe une barrière spatiale (doc 1) et une barrière temporelle (3a) à l’autogamie chez les philodendrons. Cela va ainsi favoriser un autre mode de reproduction : l’allogamie.

II – Allogamie favorisée par la pollinisation

Le document 4a indique que les philodendrons produisent 39 molécules odorantes volatiles, dont deux qui sont très présentes : le dihydro-β-ionone et le méthyl jasmonate. Toujours d’après les document 4a, on observe que ces deux composés, lorsqu’ils sont mis ensemble sur un appât à insectes attirent un grand nombre (13) de coléoptères Erioscelis emarginata. En revanche le méthyl jasmonate seul n’attire aucun coléoptère, le dihydro-β-ionone seul n’en attire que 3.

On en conclut que ces deux molécules produites par le végétaux sont importantes pour attirer cette espèce de coléoptères (seul insecte attiré par ce mélange).

Au sujet des coléoptères, le document 3a nous présente une photographie d’inflorescence où l’on peut en observer quelques-uns. La dernière photographie montre d’ailleurs l’un de ces coléoptères couvert de pollen. Il existe par ailleurs, toujours sur le document 3a, une résine collante produite par la bractée qui favorise la fixation du pollen sur l’insecte.

On en déduit que le philodendron a développé un mécanisme permettant d’attirer un pollinisateur spécifique afin de favoriser la dissémination de son pollen vers d’autres individus (coévolution).

Cet argument est étayé par le fait que dans le document 3b on voit qu’il y a une production importante de chaleur à 18h30 le 1er jour (+16°C par rapport à la chaleur extérieure). Or le document 4a nous indique que les composés volatiles qui attirent les coléoptères sont produits à partir de 18h30 le 1er jour.

Cette production de chaleur se réalise au niveau de la pièce stérile, comme on peut le voir dans le document 2, dans les mitochondries grâce à la protéine UCP.

La chaleur ainsi produite au sein de l’inflorescence va permettre de chauffer l’air. Nous savons cependant grâce au document 4b que plus l’air est chaud, plus sa masse volumique est faible (à 5°C elle est de 1,269kg/m³ et à 20°C elle est de 1,204 kg/m³). Cela a pour conséquence de faire monter les masses d’air et donc les molécules odorantes qui vont pouvoir se propager sur de plus grandes distances et attirer plus de coléoptères.

En conclusion, les philodendrons thermogéniques favorisent l’allogamie par deux phénomènes : d’une part ils vont réduire le plus possible les chances d’autogamie en faisant en sorte que leurs pollens d’un individu ne puissent pas atteindre les ovules d’un même individu. D’autre part, ils vont développer des mécanismes permettant d’attirer des pollinisateurs qui leur sont spécifiques afin de transporter les grains de pollen vers d’autres individus.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *